Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Elisabeth Alida Haanen (1809-1845)

Elisabeth Alida Haanen est une artiste hollandaise née à Utrecht en 1809. Elle est la fille du marchand d'art, restaurateur et peintre de genre Caspari Haanen. La famille qui comporte quatre filles et deux garçons est entièrement tournée vers l'art puisque de ces six enfants (en plus d'Elisabeth Alida) trois seront peintres. C'est d'ailleurs avec son frère Gillis Haanen qu'elle étudie la peinture. En 1837 elle épouse le peintre Peter Kiers. Ensemble ils auront deux enfants qui seront également peintres. Elisabeth excelle dans la peinture de genre. Elle expose dès 1832 à Amsterdam et La Haye. En 1838 elle est élue membre honoraire à l'Académie Royale des Beeldende Kunsten à Amsterdam. Elle décède en 1845.


Marktfrau (1840), Elisabeth Alida Haanen

An Allegory on Wealth and fertility, Elisabeth Alida Haanen

Äpfelschälen in der Küche (1834), Elisabeth Alida Haanen

Pigeons (1841), Elisabeth Alida Haanen

 

Almira Wheaton (1804-1881)

Almira Wheaton est une artiste américaine née en 1804 dans le Vermont. En 1835 elle épouse Mowry Saben à Winchester, comté de Cheshire dans le New Hampshire. C'est là qu'elle meurt en 1881. Son travail fait partie de ce qu'on appelle l'American Folk Art.

(Pas d'information), Almira Wheaton

Lady in a Straw Hat (1824-25), Almira Wheaton

Harriet Cany Peale (1800-1869)


Harriet Cany Peale naît en 1800 à Philadelphie. Même si on n'a pas d'information sur ses débuts en peinture, on sait qu'elle a étudié avec l'artiste Rembrandt Peale qu'elle épouse en 1840. C'est cette même année qu'elle expose pour la 1ère fois à l'Artist'Fund Society. Contrairement à bien des artistes de l'époque, elle continue à peindre après son mariage. En 1848 elle expose à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts. Elle continue à exposer de façon sporadique pendant une vingtaine d'années. Ses sujets sont variés, y compris les copies d'autres œuvres, dont celles de son mari, comme il était courant à l'époque. Elle meurt en 1869. 

Ideal Portrait (1843), Harriet Cany Peale

Portrait of a Woman, Harriet Cany Peale

The Letter, A Considered Opinion (1850), Harriet Cany Peale

Agatharkhis, Harriet Cany Peale

Christina Robertson (1796-1854)

Christina Robertson (nom de jeune fille: Sanders) naît en 1796 dans le Fife, région côtière de l'est de l’Écosse. On ne sait rien de son enfance, ni de son éducation artistique. On sait qu'elle expose pour la 1ère fois en 1823, un an après son mariage avec l'artiste James Robertson. Ensemble ils auront 8 enfants (4 survivront), ce qui n'empêchera pas Christina d’entamer une carrière d'artiste avec beaucoup de succès. Elle expose régulièrement à l'Académie Royale de Londres et d'Edimbourg, ainsi qu'à la British Institution. En 1829, elle est élue membre honoraire de l'Académie écossaise, la première femme à recevoir cette distinction. Dans le courant des années trente, elle fait plusieurs séjours à Paris où elle a l'occasion de travailler pour des personnalités russes. Cela lui permet d'exposer en 1839 à l'Académie des Arts de Saint-Pétersbourg, et surtout d'atteindre la grande noblesse russe puisque l'Empereur Nicolas I en personne lui commande son portrait en pied ainsi que celui de l’Impératrice Alexandra Feodorovna. Sa renommée est faite et en 1841 elle est élue membre honoraire de l'Académie des Arts de Saint-Pétersbourg. De 1847 à 1854 elle séjourne pour la 2ème fois en Russie. Mais les goûts de la haute société changent, et cette période marquée par les tensions croissantes entre la Grande-Bretagne et la Russie lui cause quelques revers. Plusieurs de ses tableaux sont refusés et certains clients refusent de payer, ce qui la met en difficulté financière. De plus, sa santé décline. Elle meurt en 1854 à Saint-Pétersbourg. On l'enterre au cimetière Volkovo. 

Portrait de la Grande Duchesse Maria Nikolaevna (1851), Christina Robertson

Portrait de la Grande Duchesse Alexandra Nikolaevna (1840), Christina Robertson

Olga Nikolaevna (1841), Christina Robertson

La Grande Duchesse Maria Nikolaevna de Russie, Duchesse de Leuchtenberg (1840), Christina  Robertson

Alexandra Fyodorovna, Christina Robertson

Portrait de Furstin Susupolt, Christina Robertson

Margaret Sarah Carpenter (1793-1872)


Margaret Sarah Carpenter est une artiste britannique née en 1793 à Salisbury. En 1812 la "Society of Arts" lui décerne une médaille pour une de ses copies, ainsi qu'en 1913 et 1914. C'est à cette date qu'elle se rend à Londres pour y commencer une carrière de portraitiste très vite établie. De 1818 à 1866 elle expose régulièrement à la "Royal Academy". Elle expose à la "British Institution" et à la "Suffolk Street Gallery". En 1817 elle épouse William Hookham Carpenter, responsable du département estampes et dessins au British Museum. Deux de leurs enfants (William et Percy) deviendront des artistes reconnus. A la mort de son mari en 1866 elle reçoit de la reine Victoria une pension annuelle, non seulement basée sur les services de son mari, mais aussi en reconnaissance de ses propres mérites artistiques. Elle meurt à Londres en 1872. Plusieurs de ses œuvres sont à la National Portrait Gallery, à l'Eton College, au Frewen College et à Austin, au Texas, au Neill-Cochran House Museum.
 

Mrs Charles Sabine Thellusson (1850), Margaret Sarah Carpenter
Maria Stella Petronilla (1830), Margaret Sarah Carpenter
Ada Byron, Daughter of Lord Byron (1836), Margaret Sarah Carpenter
Lady Harriet Hamilton (1840), Margaret Sarah Carpenter
Miss Theobald (1840), Margaret Sarah Carpenter
Henrietta Carpenter (1839), Margaret Sarah Carpenter
The Gleaner (1830), Margaret Sarah Carpenter

Rolinda Sharples (1793-1838)

Rolinda Sharples, artiste anglaise, naît en 1793 dans une famille d'artistes. Son père, James, sa mère, Ellen (voir article Ellen Sharples 1769-1849) et ses trois frères sont peintres. La famille part pour les Etats-Unis alors qu'elle n'est encore qu'un bébé. Très encouragée par sa mère, elle commence à apprendre la peinture très tôt, et dès ses 13 ans rejoint l'entreprise familiale spécialisée dans les portraits. A la mort de son père en 1911, elle retourne en Angleterre avec sa mère et son frère James. En 1827 elle est élue membre honoraire de la "Society of British Artists". Rare femme à s'essayer dans les grandes compositions de groupes, ses peintures sont si méticuleuses qu'elles en deviennent des documents quasi historiques. Elle vit les huit dernières années de sa vie avec sa mère et meurt en 1838 d'un cancer du sein. 

Portrait of an Unknown Lady, Rolinda Sharples

Blowing the Candle, Rolinda Sharples

Madame Angelica Catalini, Rolinda Sharples

Mrs Ellen Sharples, Rolinda Sharples

Portrait de l'Artiste, Rolinda Sharples

Autoportrait avec Sa Mère (1820), Rolinda Sharples

The Village Gossips, Rolinda Sharples

Eunice Pinney (1770-1849)


Eunice Pinney naît en 1770 aux Etats-Unis dans une riche famille de Simsbury (Connecticut). Elle a reçu une éducation assez remarquable pour son époque. Néanmoins sa période d'activité artistique ne semble commencer qu'en 1809 à 39 ans alors qu'elle vit avec Butler Pinney son second mari. Elle trouve avec lui une certaine stabilité qu'elle n'avait pas auparavant, et la maturité qu'elle a lui permet de faire preuve d'audace et de confiance dans son travail. C'est une aquarelliste autodidacte qui se sent libre d'inventer son propre style. Elle meurt en 1849.

Family Group at Piano (1820), Eunie Pinney

Lolotte and Werther (1810), Eunice Pinney

Mother and Child (1815), Eunice Pinney

Mother and Daugther, Eunice Pinney

Three Ladies Standing by a Funerary Monument (1800-1810), Eunice Pinney

Two Women (1820), Eunice Pinney

Ellen Sharples (1769-1849)



Ellen Sharples naît en 1769 en Angleterre dans le Cheshire. Après avoir été l'élève du peintre James Sharples, elle l'épouse en 1787. Vers 1794 le couple part pour les Etats-Unis et s'installe à Washington. James devient un artiste estimé grâce aux commandes d'éminents hommes politiques pour lesquels il réalise des portraits. Ellen de son côté se contente de copier les œuvres de son mari. Ses réalisations sont tout autant appréciées que les originaux. À la recherche d'opportunité la famille devient itinérante et voyage de Philadelphie à New-York en passant par la Nouvelle Angleterre. Pour ce faire ils ont une voiture spécialement conçue où ils embarquent leur collection et leur équipement. À la mort de son mari en 1811 Ellen (qui a 3 enfants, tous trois peintres) revient en Angleterre avec James et Rolinda (voir article Rolinda Sharples 1793-1838), le troisième, Félix, préférant rester aux Etats-Unis pour y poursuivre sa carrière. Elle décède en 1849 laissant un don important à la Royal West of England Academy pour promouvoir les beaux-arts.


(pas d'information), Ellen Sharples

Miniature sur ivoire, Ellen Sharples

Lady William Cavendish-Bentinck, Ellen Sharples




Louise Moillon (1610-1696)


Louise Moillon naît à Paris en 1610 dans une famille de peintres protestants. Son père Nicolas Moillon et son frère Isaac Moillon sont peintres. A la mort de son père en 1619, sa mère se remarie l'année suivante avec François Garnier peintre de natures mortes et marchand de tableaux. On voit que Louise baigne dès son plus jeune âge dans un milieu artistique et la formation qu'elle a commencée auprès de son père se poursuit avec son beau-père. Du moins, c'est ce qu'on a supposé car aujourd'hui certains critiques mettent en évidence une forte correspondance entre la manière de peindre de Louise et celle de Jacques Linard présent à Paris dès les années 1620. En 1630, date de la mort de sa mère, elle a déjà peint de nombreuses natures mortes, parfois accompagnées de personnages comme ci-dessous. Artiste prolifique et appréciée, ses commanditaires se nomment Claude de Bullion ou Charles Ier d'Angleterre. En 1640, Louise se marie avec Étienne Girardot de Chancourt, riche marchant de bois huguenot dont elle aura trois enfants. Mais un période sombre s'annonce. En 1685, Louis XIV révoque l'Édit de Nantes et Louise et les siens n'ont d'autre choix que la conversion et l'exil. En 1686, le mari de Louise est emprisonné, puis un de ses enfants est contraint à l'abjuration tandis que les deux autres s'enfuient à Londres. Louise ne reniera jamais sa foi, et c'est en protestante qu'elle meurt à Paris en 1696.
At The Market Stall, Louise Moillon

La Marchande de Fruits (1630), Louise Moillon

Scène de Marché avec Pick-Pocket, Louise Moillon

Virginia Vezzi (da Vezzo) (1601-1638)


Virginia Vezzi (ou da Vezzo) est une artiste italienne née à Velletri en 1601. Son père, Vezzi Pompée, qui devine assez vite le talent de sa fille s'installe à Rome, ce qui va lui permettre d'étudier l'art avec les artistes importants de l'époque. Elle fait la connaissance du peintre français, Simon Vouet, avec qui elle se marie. En 1626 Simon, qui est au service de la cour de Louis XIII, rentre à Paris. Virginia le suit et vivra dans la capitale française jusqu'à sa mort en 1638. Nous savons qu'elle y fut très populaire, même si nous avons peu de renseignements sur son art en partie du fait que certaines de ses oeuvres ont été attribuées à son mari.
Autoportrait (1626), Virginia Vezzi

Judith et Holophernes (1624), Virginia Vezzi

Clara Peeters (1594-1657)


Clara Peeters est une artiste flamande née en 1594 à Anvers. Du moins on le suppose car on sait très peu de chose sur sa vie. A-t-elle eu une formation artistique? Etait-elle la fille d'un peintre? A-t-elle été une artiste autodidacte? Tout le cheminement de sa vie artistique est une succession de questions sans réponse. Mais qu'importe. Ce qu'il nous reste de son passage sur terre est d'une telle beauté que simplement le contempler devrait nous suffire. Ses premiers tableaux connus sont datés de 1607 à 1609, ce qui suggèrerait qu'elle les a peint entre 13 et 15 ans. Elle a essentiellement peint des natures mortes, genre encore très nouveau à l'époque et auquel elle donnera un souffle manifeste. La date de sa mort (souvent indiquée 1657) reste aussi très floue.
Clara Peeters fut une très grande peintre, et bien que son travail ne corresponde pas exactement au sujet de ce blog, je pense qu'il a sa place ici. Rien que pour le plaisir.

A Vanitas Portrait of a Lady (autoportrait supposé) (1613-1620), Clara Peeters

Still Life With Flowres, Goblet, Dried Fruit and Pretzels (1611), Clara Peeters

Still Life With Crab, Shrimps and Lobster, Clara Peeters

Bodegon (1611), Clara Peeters

Jenny Nyström (1854-1946)


Jenny Eugenia Nyström est une artiste suédoise née à Kalmar en 1854. Elle est surtout connue pour ses illustrations de livres pour enfants et ses cartes postales de Noël où est représentée l'image suédoise du "Jultomte", petit lutin du folklore scandinave qui distribue les cadeaux le soir de la Saint Sylvestre. Elle suit les cours de l'Académie Royale des Arts de Suède pendant huit ans et se voit récompensée d'une bourse, ce qui lui permet d'aller étudier de 1882 à 1886 à l'Académie Colarossi et à l'Académie Julian à Paris. En 1887 elle épouse Daniel Stoopendaal, étudiant en médecine, avec qui elle aura un fils. Mais Daniel souffre d'une grave tuberculose. Il ne pourra jamais terminer ses études et sera à la charge de sa femme jusqu'à son décès en 1927. En 1911 Jenny commence à travailler à la production d'illustration et de cartes postales. Elle deviendra l'artiste la plus productive de Suède. Elle décède à Stockholm en 1946. 
Son art ne s'est pas cantonné aux illustrations, elle a aussi réalisé de très beaux tableaux dont voici quelques exemples.
Solskensflickan I Bo (1922), Jenny Nyström

Autoportrait, Jenny Nyström

(pas d'information), Jenny Nyström

Lying Female Nude, Jenny Nyström

Woman Reading (1919), Jenny Nyström

(pas d'information), Jenny Nyström

Syrenprinsessan (1904), Jenny Nyström

(1910), Jenny Nyström

Nude Model, Jenny Nyström